Vivre la ménopause naturellement

Posted in: Articles Santé- Sep 11, 2013 Pas de commentaires

Une question de choix

Les femmes qui approchent la ménopause sont confrontées à l’une des plus importantes décisions de santé :

  • suivre une hormonothérapie substitutive soit chimique ou bio- identique
  • ou encore traiter leurs symptômes uniquement par des moyens naturels.

La controverse soulevée depuis la dernière décennie au sujet des hormones de remplacement incite plusieurs femmes à opter pour l’approche  naturelle.

Mais restent celles qui connaissent des malaises sérieux pour nécessiter un suivi médical.

Bien que la ménopause puisse se gérer  en toute sécurité sans intervention médicale,  en abordant les  symptômes naturellement, grâce à une alimentation saine, des suppléments d’herbes, de vitamines et minéraux, et l’activité physique; l’hormonothérapie demeure un choix de prédilection pour plusieurs femmes. Or, la tendance est aux hormones bio-identiques.

Parlons sérieusement d’ hormones 

Attention, bio-identique ne rime pas avec naturelle!

Les hormones bio-identiques sont dites identiques à la structure moléculaire  des  hormones sécrétées par le corps d’une femme. On ne trouve ailleurs d’autre  que dans le corps humain, cette molécule, si bien que dans la nature , les estrogènes végétaux n’ont  pas cette structure moléculaire. Donc ces hormones doivent être synthétisées en laboratoire et proviennent de différentes sources soient chimiques, ou parfois naturelles telles que l’extrait d’igname sauvage et de soya. En ce concerne l’estrogène,  la molécule active 17-B estradiol est la plus souvent  prescrite sous forme de gel , de timbre ou de crème. La progestérone naturelle  pour sa part, bien que disponible en crème se prescrit le plus souvent oralement sous le nom Prométrium .La progestérone sous forme de produits composés naturels contrairement aux progestatifs synthétiques n’est pas un facteur de risque pour la santé. Il est  préférable cependant de prendre des hormones par voie topique  puisqu’ qu’elles sont mieux métabolisées et plus facilement  excrétées par le foie.

Une précision s’impose

Dans le corps humain, les estrogènes sont un petit groupe de composés, plutôt qu’une simple substance chimique. Il existe trois principaux estrogènes humains; 17-B estradiol  ( le plus biologiquement actif) , l’estrone ( le plus répandu pendant la ménopause et aussi produit par les cellules adipeuses), et l’estriol ( le moins actif)et c’est un métabolite des deux autres formes.

Il est important à ce point de souligner le pouvoir potentiellement cancérigène de la forme active 17-B estradiol et de l’estrone (sortes d’estrogènes mal métabolisées par le foie ).

L’équilibre et la santé hormonale d’une femme dépend autant de la production que de la décomposition métabolique.

Le catabolisme des estrogènes  se fait au niveau du  foie et de l’utérus. Au niveau de l’utérus, la transformation de l’estradiol et de l’estrone en estriol se fait en présence de progestérone. Les  estrogènes qui ne sont pas transformés à cause d’un foie surchargé  sont réabsorbés jusqu’à 80% et recirculent dans le sang.

N’oublions pas que plusieurs sont celles dont les antécédents démontrent des symptômes  d’excès estrogènes et de mauvais métabolisme estrogénique. Par exemple les cas de fibromes, de kystes ou de tumeurs des seins, des ovaires, et de l’utérus, la dysplasie cervicale, les règles douloureuses et abondantes, l’endométriose pour en nommer quelques –uns.

 Certains spécialistes de la santé suggèrent que les bienfaits de la progestérone naturelle sont d’un grand secours en péri-ménopause et remporte  haut la main sur ceux que procure l’estrogène.

Une  bienveillance assurée par Mère-Nature!

Bien que moins active, l’estriol s’avère la plus sécuritaire.  Il s’adonne que les estrogènes végétaux  dans la nature contiennent uniquement de l’estriol  qui se dégradent merveilleusement par le foie et s’éliminent via les reins et les intestins. Les risques de danger sont donc diminués considérablement. En passant, on dénombre près de 300 plantes qui contiennent des précurseurs d’hormones stimulant la production naturelle du corps. La nature abonde pour venir au secours des femmes!

 Hormis les croyances populaires , aucune étude scientifique prouve que les hormones bio-identiques  prescrites soient supérieures aux hormones de synthèse conventionnelles sauf pour la progestérone qui se révèle plus utile que néfaste.

L’alternative naturelle; une question de gros bon sens

J’en conviens que l’hormonothérapie bio- identique ou naturelle s’avère parfois essentielle pour certaines femmes en péri-ménopause. Mais sachez que la ménopause n’est pas obligatoirement une période pénible. En  vous engageant  sérieusement  face à votre santé globale, vous pouvez atténuer les symptômes  liés à la ménopause. Cependant, une transition  harmonieuse  et enrichissante se mérite. Avec un peu d’effort et du gros bon sens, le bien-être physique, psychique et spirituel est à votre portée.

Voici des stratégies de mode de vie sain pour restaurer l’équilibre hormonal.

1. Inclure les fameux  phyto-estrogènes dans votre assiette.

  • le soya biologique-farine, boisson, tofu, kudzu,
  •  les graines oléagineuses-lin, tournesol, citrouille, sésame,
  •  le son de riz, l’avoine
  •  les germinations –fèves germées, fenugrec, trèfle rouge et luzerne
  • les légumineuses et les arachides
  • la patate douce et l’igname sauvage
  • Augmenter les crucifères tels que le brocoli, le chou-fleur, le chou  de Bruxelles, le rapini, le kolhrabi, le bok choy, le chou etc. Non seulement , ils sont riches en calcium mais ils contiennent une substance appelée  indol 3-carbinol (I3c) qui une fois métabolisée par le corps produit une autre substance anti-cancérigène ; le dimdolylméthane (DIM). Ces deux substances  servent à moduler les bons estrogènes au niveau du foie et à éliminer les mauvais estrogènes .Par le fait même, elles contribuent à diminuer les risques de cancers associés à l’excès d’estrogène.

Bien que les effets du soya et des crucifères soient appréciables, si vous souffrez d’hypothyroidie, nous recommandons de les consommer avec prudence. Ces alicaments ralentissent la fonction thyroidienne. De plus,afin d’éviter des doses excessives, il vaut mieux inclure dans sa diète des sources d’isoflavones provenant  de produits de soya biologique plutôt que de prendre des suppléments alimentaires concentrés.

2. Éviter ou réduire les ennemis de la femme ménopausée, soit les viandes rouges, les graisses animales, l’alcool, la caféine, les sucres raffinés et les mets épicés. Ces conseils  judicieux aideront à diminuer vos bouffées de chaleurs  et à renouveler votre énergie.

3. Visez votre poids santé et consommer plus de fibres alimentaires. Un surplus de tissu adipeux (de gras) augmente la production de mauvais estrogènes et d’insuline ce qui  a pour effet d’accentuer le risque de maladies dégénératives dont le cancer, le diabète et les problèmes cardiovasculaire.

4. Bougez! Accorder une place importante à l’exercice est obligatoire pour préserver les os et protéger le cœur. L’activité physique réduit les symptômes liés à la ménopause, régularise l’humeur et améliore la concentration ainsi que la mémoire.

5. Considérez vos meilleurs  alliés chez  les plantes. La sauge, l’achillée millefeuille, l’actée à grappe noire, le trèfle rouge ,le shatavari, le dong quai ont des propriétés qui agissent sur le métabolisme d’estrogène. La gelée royale, le gattilier, l’igname sauvage et l’alchemille soutiennent les surrénales et la production de progestérone.

6. Contrôler le stress et l’anxiété par le loisir, la créativité, la méditation, la respiration consciente et la croissance spirituelle. Le bien-être corps – esprit harmonise les hormones et favorise la transformation de la fleur de l’âge.

Enfin, je vous invite à consolider une autonomie face à votre santé féminine et de vous approprier des stratégies de mode de vie saine, afin que fleurissent les qualités naturelles de votre être. L’expression de l’amour et du plein potentiel de votre beauté intérieure est une véritable démarche engagée!

Joanne De Grâce, N.D.

Naturopathe,Coach spirituelle

No Responses to “Vivre la ménopause naturellement”

Leave a Reply