L’écoute de soi : s’asseoir dans son temple

Posted in: Articles Santé- Août 16, 2017 Pas de commentaires

Peu importe ou nous vivons, le statut  social ,familial, le travail que nous avons ,le mental lui ne prend pas congé de nous… il nous harcèle, nous talonne avec une liste, un agenda bien rempli. Il y a ce qu’on ne devrait pas oublier, ce qu’on aurait du faire, ce qu’on aimerait dire, partager, savoir, accomplir, réussir; ouf!! Parfois cela nous stimule, mobilise, et parfois on est débordé, et cela nous rend confus, honteux…

Il y a une fenêtre qui peut s’ouvrir là, juste devant nous qui attend; l’écoute de notre intériorité. Elle n’a rien à voir avec nos rôles, notre  condition de santé, de vie ou financière. L’écoute dont je parle est davantage une oreille que l’on porte au bruissement des feuilles par un vent doux,  à ce qui  touche notre être, notre essence.

S’asseoir dans son temple; développer cette forme d’écoute en écoutant les sons, les bruits environnants qui viennent, sans les juger ou les repousser. Si vous vous sentez irrité, utilisez-les comme un outil de pleine présence. Si vous voulez aller un peu plus loin, utilisez-les pour développer l’expérience d’ élargir votre attention. Après un certain temps, votre attitude va changer à l’égard des sons environnants, et vous permettra de transformer l’inconfort vers un état d’acceptation de là ou vous êtes.

Ralentir ; lorsque nous ralentissons, nous nous mettons à ressentir ce qui est vraiment là pour soi, en terme de besoins, d’élans et aussi de ressources pour y répondre. De plus  nous nous permettons de sortir d’un système de réaction. Qui dit  réaction  dit aussi  bien souvent souffrance. Cela gruge notre vitalité et nos ressources de créativité. Pensons à un magnifique paysage;  si on le traverse en auto l’expérience ne sera pas la même, que si l’on marche. Il y a plus de chance que la marche nous fera voir , sentir  les odeurs et permettra de savourer pleins de détails qui nous auraient échappés autrement.

Respirer… en plein conscience;

La respiration bien qu’automatique, est aussi étroitement reliée à notre manière d’anticiper la vie, une forme de posture qui engrange nos peurs, et nos aspirations. Toutefois porter une attention relâchée sur son cycle , naturellement il vous répondra en allongeant l’expiration, donnera de petites pauses entre l’inspiration et l’expiration. Les toxines pourront s’évacuer et le flux d’énergie, le prana circulera mieux.

Garder un journal;

Tenir un journal permet d’investiguer ses pensées, ses émotions, son ressenti, son rapport au sensible en soi,  c’est à dire notre essence. Nous sommes souvent engourdis un tel surplus de stimulations : télévision, alcool, internet, jeux vidéo et toutes les formes de distractions sociales qui sont à nos pieds. Notre ressenti lui est gelé par toutes ses distractions, et ne disparait pas parce qu’on l’ignore. Tenir un journal nous offre l’occasion d’observer comment les émotions bougent  dans une heure, dans une journée, dans une semaine… Avoir de la perspective, nous redonne notre pouvoir de choisir ce qui est important ou pas.  C’est aussi une manière de faire bouger ses idées, ses perceptions afin d’être en congruence avec sa vérité. Cette conscience qui regarde la présence qui  regarde ; elle est cette part stable, inchangeable  de soi, et elle peut devenir une vraie alliée pour apprendre de son expérience et ancrer sa présence dans ce qui est vivant; la terre et les forces cosmiques!

Christine Houle

Fasciathérapeute et facilitatrice

No Responses to “L’écoute de soi : s’asseoir dans son temple”

Leave a Reply