L’Ayurvéda et la santé des seins au quotidien

Posted in: Articles Santé, Babillard- Nov 09, 2018 Pas de commentaires
Une réalité déconcertante
Toutes les femmes sont concernées par la santé des seins.

La pathologie bénigne du sein ( kystes,adénofibromes, calcifications, hyperplasie ) devient de plus en plus  une source d’inquiétudes, et l’intérêt est centré comme jamais auparavant , sur la prévention médicalisé sans considération profonde pour la Nature de la vie avec ses forces de guérison respectives. Il y a presque une approche inflationniste à l’égard de la santé de la femme. Tout y passe… tout est dénaturé , la fertilité, la grossesse, la ménopause sans oublier les seins qui sont de plus en plus perçus, grâce à Angelina Jolie ,comme étant un haut potentiel de lésions malignes.

On admet que le cancer du sein se situe parmi les causes principales de mortalité chez la femme entre 35 et 65 ans. Et, en raison de sa fréquence alarmante, le cancer du sein est devenu  un des objectifs prioritaires des épidémiologistes et des gynécologues. Des programmes de dépistage agressif ont été mis en place dans la plupart des pays dans le but de détecter la maladie à un stade précoce, c’est-à-dire avant que la lésion ne devienne palpable.

Une remise en question justifiée
  • Mais est-ce que le risque inhérent à l’irradiation que représentent les mammographies à intervalles  fréquentes ne jouerait-il pas une part dans l’incidence croissante du cancer du sein?
  • Sachant qu’il y existe un risque réel, aurions-nous pas intérêt à faire de la véritable prévention naturelle en harmonisant corps et âme, en améliorant la qualité de vie et en favorisant la santé des seins?

Depuis une trentaine d’années, plus de 1.3 millions de femmes en Amérique du Nord ont été sur- diagnostiquées pour le cancer du sein, les symptômes  ne posant aucun préjudice à leur santé. L’acharnement médical vis-à-vis les examens invasifs  tels que les mammographies s’avèrent parfois plus nocifs qu’aidants. Soit, les recherches scientifiques récentes démontrent que les femmes qui subissent des mammographies répétitives  endommagent les tissus fragiles du sein les rendant  10x plus vulnérables que celles qui ont décidé de s’en épargner.

Les mammographies à intervalles raisonnables  chez celles qui démontrent des facteurs de risque élevé de cancer du sein fournissent par ailleurs un recours précoce nécessairement valable. (voir tableau 1)

Tableau1 : Facteurs de risque de cancer du sein

  • Antécédents familiaux (lignée maternelle ou paternelle) surtout si cancer bilatéral et si survenu avant l’âge de 40 ans
  • Âge précoce des premières règles (avant  12ans)
  • Âge tardif de la ménopause (après 55 ans)
  • Première grossesse après 35 ans
  • Antécédents de maladies bénignes du sein (surtout si hyperplasie atypique)
  • Surpoids, tabagisme et stress chronique

 

 

 Des seins intacts grâce à la prévention

Le simple fait d’aborder ce sujet controversé pourra soulever  de la résistance chez certaines femmes mais nos objectifs n’ont rien de nouveau ; il s’agit de vous inviter à la prise en charge  mesdames .La féminité n’est ni une maladie ni une faveur du destin comme le suggère la société médicale et culturelle .La nature féminine recèle un potentiel immense qui ne se déploie  qu’avec une  collaboration consciente.

Ceci dit, je vous propose parmi les innombrables  méthodes naturelles des soins propres à l’intention des seins  afin d’augmenter les chances de guérisons définitives chez les femmes atteintes du cancer et  aussi de réduire sérieusement l’occurrence des pathologies féminines.

Ce qui mérite d’être souligner par ailleurs  c’est que la poitrine étant la région la plus sensible chez la femme  devient la proie des sentiments négatifs.

Sur le plan énergétique,les seins sont associés au chakra du cœur et se veulent l’extension des vertus généreuses  et nourricières de l’amour.L’envie, la dévalorisation, la colère, les frustrations, la jalousie, et l‘esprit de compétition s’opposent au salut de l’âme et marquent la physionomie.

Bref, je partage sans arrières pensées l’avis de Dr. Christiane  Northrop, qui dit que les pathologies du sein dépendent en grande partie de l’hygiène psychique de la femme.

«  Le meilleur remède  pour entretenir la santé du sein consiste en l’acception de soi, la compassion de soi, l’ouverture du cœur et le plaisir de l’être. »

Ce sont en effet de sages paroles qui nous portent à réfléchir, considérant la situation désolante des maladies pathologiques liées à la femme, Afin de transcender la maladie et rehausser la force ainsi que le rayonnement du féminin cela vaut donc la peine de mettre à jour son programme de bien-être globale ; se recentrer avec la nature est un investissement à la fois individuel et collectif.

 

              12 astuces ayurvédiques pour favoriser la santé des seins

Bien que les maladies  des seins soient plutôt complexes car elles peuvent survenir à tous les âges, et être plus ou moins hormono-dépendants en général oestrogéno-dépendants  selon la prédisposition génétique, les traitements dites naturelles sont simples et faciles à appliquer.

1. Considérez votre profil hormonal et votre constitution ayurvédique. Vous réduirez les risques de pathologies si vous connaissez bien vos tendances hormonales et métaboliques. Plus vous vous connaissez, plus vous êtes en mesure de décoder intuitivement le  langage de votre corps. Consultez en naturopathie pour en savoir plus.

2. Dorlotez votre foie. Le métabolisme équilibré des œstrogènes dépend largement de la santé hépatique. Limitez l’alcool, le café, les produits chimiques  et surtout les sources de xénoestrogènes, telles que les phénols, les phtalates (plastiques), les insecticides, et certains additifs alimentaires pour en nommer quelques-unes. Ces substances imitent les estrogènes  dans le corps, étant mal métabolisées par le foie , elles augmentent  les métabolites de 4-hydroxyestrone(4-OHestrone)  causant des effets dévastateurs .En pratiquant la désintoxication régulièrement,vous vous débarrassez d’ama, c’est à dire des impuretés résiduelles qui se déposent dans les cellules à la suite d’un mauvais métabolisme.

3. Augmentez les crucifèresLa famille des choux et/ou  des suppléments  d’ indols-3-C  ainsi que le DIM (diindolylméthane)  et les graines de lin aident à convertir les estrogènes en métabolites plus aimables (2-OH estrone).

4. Évitez les soutiens – gorge à cerceaux et les antisudorifiques qui contiennent de l’aluminium. La région des aisselles est une voie de secours privilégiée pour éliminer l’excès de toxines. Il  ne faut pas restreindre le flux du prana ni congestionner les ganglions lymphatiques.

5. Auto-examen des seins et dépistage médical. À tous les mois, dans la semaine suivant les règles, prenez le temps d’examiner  vos seins avec amour  et chercher à drainer  la zone environnante avec la paume de votre main. Si vous avez un tissu fibreux, masser les seins une fois par semaine avec un mélange à part égale, d’huile de ricin et d’huile essentielle de palma rosa. Le varech en comprimés  pris par voie orale aide aussi à désengorger les glandes mammaires.

Cette pratique ne remplace pas l’examen préventif
médical. Seulement une femme sur trois consulte
leur médecin …..Soyez proactive!

 

6. Considérez des méthodes  douces de dépistage telles que la thermographie plutôt que la radiation excessive. La thermographie est une procédure  non-invasive, sans rayonnement ni compression des seins  utilisant l’imagerie infrarouge. C’est pour les femmes de moins de 50 ans  que la thermographie pourrait faire une différence puisque celles-ci  pourraient commencer le dépistage précocement sans entraîner d’effets néfastes à long terme.

 7. Choisissez les hormones bio-identiques et /ou naturelles transdermiques si vous devez prendre  de l’hormonothérapie

8. Augmentez les bons gras et réduire les gras saturés. Ne compensez pas avec les féculents et les sucres. Le surplus de poids et la surcharge de tissu adipeux augmentent les métabolites cancérigènes contribuant aux pathologies féminines. Privilégiez les produits laitiers maigres biologiques, les légumineuses et les oléagineux. Remplissez votre assiette d‘antioxydants avec un apport généreux de fruits et légumes.

9. Pensez phytothérapie, phytoestrogènes et phytostérols. Des plantes telles le pissenlit, l’actée à grappes noires, le fenouil, le  fenugrec et le shatavari aident à prévenir l’accumulation des déchets métaboliques autour des seins .Les isoflavones  et les lignanes que l’on retrouvent  par exemple dans le soya biologique,les graines de citrouille et l’igname sauvage fournissent au corps de l’estriol ,une substance anti-cancer.Les phytostérols,ou stérols végétales, qui pour leur part,se retrouvent notamment dans les avocats,le germe de blé,et les graines de sésame favorisent le métabolisme des estrogènes, du cholestérol et des gras en général.Vous pouvez vous en procurer également sous forme de suppléments.

10. Pourquoi pas le bonheur? Cultivez le sens du plaisir par des possibilités illimitées. Gardez la forme et détendez-vous par l’exercice, la méditation et la respiration consciente. Explorez votre potentiel créatif et faites l’amour comme des déesses.  Le corps sécrètera alors des hormones et des neurotransmetteurs tels que l’oxyde nitrique, la sérotonine et les beta- endorphines qui favoriseront votre bien-être et votre santé.

11.Bonifiez les affirmations positives et adopter une attitude de gratitude. Élevez le discours intérieur et veillez à ne pas tomber dans le piège de la dévalorisation personnelle. Entreprenez une démarche spirituelle afin de reconnaître votre lumière et votre grandeur.

12. Apprenez à vous choisir et développez votre capacité à recevoir. Trop de femmes ont peurs d’être perçues comme étant égoïstes et repoussent les occasions de se prévaloir .Entre femmes, ne manquez pas la chance de vous chouchouter et de vous ressourcer. N’oubliez pas que quand  vous êtes comblées, les autres en profitent aussi.

Tous ces aspects requièrent une attention particulière mais l’essentiel , c’est que vous reveniez à une compréhension naturelle de votre corps et que vous deveniez l’agente participante de votre santé.

Ensemble, nous pouvons contribuer à une nouvelle qualité de vie et nourrir la vague d’une Nouvelle Féminité.

Bonne santé à toutes !

Shaamal (Joanne) DeGrâce,N.D.

Coach spirituel et propriétaire du Centre Quintessens

 

No Responses to “L’Ayurvéda et la santé des seins au quotidien”

Leave a Reply